jeudi 13 avril 2017

Pensez-vous être libre ? Révélations secrètes...

Pensez-vous être libre ? Révélations secrètes décodées ...

 Une citation de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord  / Homme politique d'intelligence supérieure, subtil, adroit et remarquable diplomate  / 1754 -1838  


"La politique, ce n'est qu'une certaine façon d'agiter le peuple avant de s'en servir."

 
 
Il y a quelque temps, on m’a offert un livre intéressant écrit par   ‘ Lieutenant-colonel « X » 


      Son contenu est tellement stupéfiant, qu'il en est incroyable ! Les deux pages ci-dessous font froid dans le dos !


Il est expliqué parfaitement la mort silencieuse de certaines personnes, programmée par des services plus que spéciaux.


N'avez-vous pas l'impression que notre liberté si chèrement obtenue par nos aïeux se réduit comme  "une peau de chagrin" ? ( Honoré de Balzac)


Quand vous lirez l'extrait ci-dessous et par la suite ce livre, vous risquez de retrouver des situations déjà vues, entendues et cela pas qu'au cinéma mais malheureusement bien réelles !


Ces révélations secrètes feraient bondir Talleyrand, diplomate de grande intelligence qui disait aussi : " On connait, dans les grandes cours, un autre moyen de se grandir : c'est de se courber !" et aussi " Si les gens savaient  par quels petits hommes ils sont gouvernés, ils se révolteraient."  Cet homme brillant, grâce à son habileté, son expérience, sa grande subtilité et ses qualités de négociateur, est parvenu à défendre aussi bien ses intérêts parmi les neuf régimes à la tête de la France de 1789 à 1838, que ceux de la France face aux autres monarchies européennes.
A la lecture, j'ai à la fois l'envie de plus de quiétude. Toutefois, j’ai surtout l’envie de savoir !

Cet ouvrage est disponible en fichier PDF :
https://www.fichier-pdf.fr/2014/09/24/lieutenant-colonel-x-methodes-speciales-services-secrets/lieutenant-colonel-x-methodes-speciales-services-secrets.pdf


ou en version papier via Amazon  :


 
Extrait du Livre « Missions, méthodes, techniques spéciales des services secrets au XXIsiècle. voir les pages 15 et 16  (et 21 et 22 du Livre Papier)
« Les actions hostiles physiques comprenant :

 Le sabotage, qui peut être effectué contre un large choix de cibles, et dont les formes n’ont de limites que celles de l’imagination. Ce genre de missions actives va, du plus simple au plus compliqué, du sabotage d’un véhicule en vue de l’immobiliser ou de créer des dépenses lourdes pour son propriétaire (cas d’un harcèlement), à l’attaque informatique massive en vue de saturer un serveur, à la destruction de matériels lourds de toutes sortes (station d’épuration des eaux, centrale nucléaire, centrifugeuses d’uranium enrichi, lignes caténaires de trains…). Ce type d’actions présente la particularité d’être presque toujours accompli par des militaires-spécialistes très entraînés, et dont les unités sont plus ou moins officiellement rattachées à un service secret ou ponctuellement employées par ceux-ci ; ou, lorsque ce n’est pas le cas, d’être supervisé par des personnels civils ou agents ayant une compétence particulière.

   Les actions de sabotage sont courantes et peuvent être effectuées : autant à l’intérieur des frontières contre des cibles désignées comme hostiles et nuisibles aux intérêts nationaux, que dans des pays étrangers. Dans le premier cas, l’action de sabotage est presque toujours ordonnée par un service de contre-espionnage, dont nous verrons la mission plus loin.

 Le harcèlement, qui est une des sous-missions actives les plus courantes et les plus ordinaires des services secrets. Une opération de harcèlement peut être dirigée contre des individus isolés ou des entreprises et organisations diverses (dans le pays ou à l’étranger), et elle vise généralement : soit à contraindre une personne ou un groupe de personnes (entreprise, association ou assimilé) à se soumettre implicitement à la volonté d’un service secret (ou à celle du gouvernement), via un intermédiaire qui ne se présentera jamais clairement comme un agent de ce même service, ceci afin de ne pas courir le risque d’exposer publiquement celui-ci ; soit à pousser un individu ou une entreprise à cesser une activité ou à quitter le pays ; soit à l’élimination sociale ou physique d’un individu ou d’une entreprise. Les expressions « élimination sociale » et « élimination physique » signifient ici, respectivement, la fabrication d’un discrédit important contre un individu, et une action visant à le pousser à mettre fin à ses jours (suicide) ou à provoquer sa mort (voir les parties titrées 1. l’élimination sociale, et 2. l’élimination physique du chapitre « Les méthodes modernes d’élimination des individus »).
   Le harcèlement étant un acte très impopulaire, considéré par l’opinion publique comme une forme de perversion, ce type de missions est toujours exécuté avec de très grandes précautions. Une opération de harcèlement implique fréquemment un assez grand nombre d’agents et de contacts occupant chacun, ordinairement, des activités professionnelles diverses et variées (depuis l’électricien au psychiatre, en passant par l’employé de banque et autres services publics…).
Cette sous-mission aussi particulière que méconnue est largement présentée dans ce livre.
   L’élimination sociale est presque toujours la suite logique de l’opération de harcèlement précédemment évoquée, et, ainsi que son intitulé le suggère, elle concerne plutôt un individu. L’élimination sociale consiste en la fabrication du discrédit, lequel peut revêtir diverses formes, scandaleuses ou/et particulièrement dégradantes pour celui qui en est la cible. Elle est souvent accompagnée d’une « destruction » des moyens économiques (emploi, rentes…), puisque ceux-ci contribuent largement à la crédibilité.
   Le lecteur sera peut-être surpris d’apprendre que les services secrets emploient couramment l’élimination sociale contre leurs propres agents, sources ou ex-employés, soit pour prévenir un risque de révélation d’informations de nature confidentielle nuisibles à la réputation du service secret lui-même, d’une personnalité en vue, d’une entreprise ou d’une institution gouvernementale, soit dans le cadre d’un recrutement hostile, ainsi que nous le verrons dans un prochain chapitre.
L’élimination physique désigne bien l’assassinat, lequel, en ce XXIe siècle, est rarement exécuté selon les modalités spectaculaires que le cinéma et la littérature présentent régulièrement au grand public. Car, dans une large majorité de cas, il est nécessaire de ne pas éveiller l’attention de l’opinion publique par un cas de mort suspecte, lequel mène inévitablement à des recherches concernant les causes possibles du décès, fréquemment suivies par une médiatisation.
C’est pourquoi les cibles14 de ce genre de sous-mission décèdent le plus fréquemment par suicide suivant une dépression, soit des suites d’une maladie ordinaire ou d’un accident, souvent en rapport avec les activités et penchants naturels de celles-ci (alcoolisme, tabagisme, stupéfiants, sexe, sport à risque…)
Les éliminations physiques violentes et flagrantes existent cependant, et celles-ci peuvent avoir trois causes, principalement :
1 – la cible fréquentait des milieux interlopes dans lesquels la violence physique est courante et notoire (gangs, mafias, organisations terroristes, secte, etc.)….. »



14. Les services secrets emploient le mot cible pour désigner l’objectif visé par une mission, lequel peut-être, indifféremment, un pays, une administration ou une entreprise, un individu. L’usage du mot cible, lorsqu’il désigne un individu, permet de déshumaniser celui-ci, et ainsi de faciliter la tâche des employés et agents chargés de lui nuire. Aussi, l’anonymat du mot cible permet de ne pas nommer un individu par son nom, ce qui est parfois nécessaire lorsqu’il est jugé préférable que des employés ou des agents des services secrets n’en aient pas connaissance.
Alors, vous aussi êtes stupéfait ? 
Quand je vous disais que Talleyrand se retournerait...
Faites passer le message... transmettez ce lien à vos contacts svp :
http://www.tapiezo-provence.com/2017/04/pensez-vous-etre-libre.html
Pour vous remercier d'avoir lu cet article jusqu'au
bout, voici des citations de cet homme de qualité, Talleyrand :
"Le meilleur moyen de renverser un gouvernement, c'est d'en faire partie."

"Les financiers ne font bien leurs affaires que lorsque

 l'Etat les fait mal."

Talleyrand possède l'immense qualité de pousser à la réflexion.

PLUS :  Dans le roman de George Orwell, « 1984 », Syme, un collègue de Winston, en charge du dictionnaire Novlangue, explique le but du Novlangue : « Ne voyez-vous pas que le véritable but du Novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A la fin nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. »

Source : http://lesmoutonsenrages.fr/nous-sommes-manipules/petit-cours-de-novlangue/
 
 


<><><>

ACTUALITES EXPOSITION :

La galerie atelier Tapiézo

7 rue Richard Casteau 84220 ROUSSILLON-en-PROVENCE
horaires 11h à 17h  6/7 
Fermé le dimanche
Pour rendez-vous : contacts email et téléphone sur www.tapiezo.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire